Visites

Dans sa petite chambre d’EHPAD, Claude vit avec ses souvenirs. Mais aujourd’hui est un jour particulier : sa fille vient enfin lui rendre visite.


Un scénario du Collectif Narra (direction d’écriture : Martin Fournier)

Court-métrage - Fiction - VR-360°

Sélectionné par la Maison des scénaristes au Satis Screen4All 2018

alzheimer-souvenirs-2-1024x448.jpg

Nous sommes Michel, le mari de Claude. Michel est décédé dix ans auparavant, mais il accompagne Claude au quotidien. Elle est la seule à le voir et à pouvoir s'adresser à lui. Nous sommes son fantôme amoureux, le mari imaginaire de Claude.

Claude a près de 90 ans et souffre d'une dégénérescence neurologique qui la déconnecte parfois du réel pour la replonger dans le monde de ses souvenirs, où elle nous entraîne.

Claude se réveille de sa sieste, affolée d’avoir dormi si longtemps.  Elle attend Camille, sa fille unique, qui lui rend visite aujourd’hui. Camille vient de loin et Claude ne l’a pas vue depuis longtemps. Elle se doit absolument d’être présentable, de ne rien laisser transparaître de ses troubles mentaux. Mais ses souvenirs envahissent sa chambre et l’empêchent de se préparer.


L’immersion permise par un traitement 360° nous place au cœur du drame vécu par Claude. Exploitant par la positive la force du Swayze effect, nous “incarnons” un fantôme, celui de Michel, que Claude s’est créé depuis la mort de son mari. Sa présence est donc tout à la fois intradiégétique (Claude le voit et lui parle), et purement spectatrice, puisque dénuée de corps et invisible pour les autres personnages.

Ce positionnement place ainsi le spectateur au cœur de l’action tout en le laissant pur observateur.

Par ce dispositif, l’objectif de Visites est d’exploiter le potentiel émotionnel du 360°. Sans prétendre donner une représentation fidèle de ce qui se déroule dans l’esprit des malades atteints d’une pathologie spécifique, nous proposons ici une allégorie de la dégénérescence neurologique et des souffrances qui y sont associées.

Laissant délibérément de côté l’“effet waouh” des casques VR, nous exploitons la force d’immersion que permet la technologie pour plonger sans artifice au cœur de l’émotion, au cœur de la souffrance de Claude.